Divers

Comment choisir une fraise d’usinage ?

281 views

La fraise d’usinage est un outil très utilisé dans le secteur industriel, notamment pour la fabrication de pièces mécaniques. En règle générale, elle s’installe sur une machine appelée fraiseuse et l’opération se nomme fraisage. Elle fonctionne par deux mouvements dont la rotation et l’avancée de la pièce à traiter. Le fraisage permet ainsi une soustraction de matière afin d’obtenir une pièce en unité ou en série. Le marché propose une multitude de modèles de fraise, ce qui pourrait compliquer la recherche. Voici donc quelques astuces pour vous aider à y voir plus clair.

Le nombre de dents

Pour bien choisir votre fraise, il est important de considérer le nombre de dents qu’elle dispose. Le choix va généralement dépendre de l’usage que vous souhaitez en faire. Quoi qu’il en soit, cet outil d’usinage possède principalement 2 à 5 dents. Une fraise à 2 dents est idéale pour le fraisage d’ébauche et le rainurage des matériaux à copeaux longs. Mais elle peut aussi traiter les alliages d’aluminium. Si vous devez traiter des matériaux ferreux ou des alliages résistants à la chaleur, il vous faudra un modèle à 3 dents. Une fraise à 4 dents sert au fraisage mixte et au contournage. Enfin, pour assurer de grandes avances, une fraise à 5 dents est la solution. Mais elle peut aussi réaliser une coupe douce selon vos besoins. On l’utilise surtout pour la finition en contournage. Vous devez également savoir qu’une fraise à plusieurs dents est plus solide et durable.

La matière

En général, une fraise d’usinage est conçue à partir d’acier HSS ou de carbure. Chaque matériau dispose de ses avantages et de ses inconvénients. Votre choix devra ainsi se reposer sur vos besoins et sur l’utilisation prévue.

L’acier HSS ou High Speed Steel

Il s’agit d’un acier fortement allié avec une dureté élevée et garantie jusqu’à 600° C. C’est le modèle idéal pour bénéficier d’une excellente qualité de coupe. Ce type de fraise s’utilise généralement pour percer, tarauder, aléser ou centrer une matière.

Ce matériau est composé de carbone, de chrome, de vanadium, de tungstène et de molybdène. Dans certains cas, il peut aussi contenir du cobalt, ce qui permet de changer ses applications. En effet, un acier HSS sans cobalt est le modèle standard des outils d’usinage. Un modèle avec 5% de cobalt sert pour un usinage réclamant une grande sollicitation thermique de l’outil. Et un acier avec 8% de cobalt permet d’usiner une matière nécessitant un grand besoin thermique. C’est un choix parfait pour les aciers fortement alliés au chrome, vanadium, tungstène et molybdène.

Le carbure

Le carbure n’est pas un acier à proprement parlé. Il est essentiellement composé de carbure de tungstène, de métaux de liaison, et de cobalt ou de nickel. En fonction de la proportion du mélange, il est possible d’obtenir une qualité de carbure différente. Une forte teneur en cobalt donne par exemple un carbure haute ténacité. En revanche, une faible teneur en cobalt rend le carbure plus résistant à l’usure, mais aussi plus fragile.

Dans tous les cas, le carbure a une grande dureté qui peut être maintenue jusqu’à 1000° C. Une fraise carbure peut ainsi utiliser des vitesses de coupes et des avances plus élevées. Pour trouver une fraise carbure de bonne qualité, vous pouvez vous fier à Abracoupe Industrie. C’est un spécialiste de la fraise carbure monobloc qui peut vous fournir l’outil adapté à vos besoins et à votre budget.