Divers

Comment agit le traitement Beljanski ?

44 views Leave a comment

Depuis de nombreuses années, on travaille sans relâche sur la recherche d’un traitement efficace contre le cancer. Mais jusqu’ici, les méthodes de traitement conventionnel ne font que retarder le développement de la maladie. Autrement dit, elles n’agissent pas encore pour activer la phase de guérison du cancer, lorsque celui-ci atteint un stade meurtrier. Mais heureusement, la communauté scientifique n’entend pas baisser les bras, et aujourd’hui encore, l’approche Beljanski figure parmi les nouveaux types de traitement venant accompagner ces méthodes conventionnelles.

Le traitement Beljanski en quelques mots

Au cours des nombreuses années de sa carrière, le Professeur Mirko Beljanski fut le premier à initier des recherches dans le cadre du traitement Beljanski. Il s’appuie sur une expérience dans laquelle il décide de démontrer la modification de la conformation de l’ADN lorsque celui-ci est exposé à des éléments pollués, qui peuvent être cancérogènes. Cette phase dite de la déstabilisation de l’ADN correspond au premier stade de formation du cancer lorsque la cellule s’avance vers la cancérisation.

À l’issue d’un test biochimique effectué, le Professeur Beljanski a pu développer des molécules naturelles, qui se sont avérées anticancéreuses. Ces molécules ont été extraites sur des plantes naturelles qui sont le Pao pereira et le Rauwolfia vomitoria. Les caractéristiques de ces plantes ont donc fait l’objet d’une étude et d’un examen profond, lequel a duré pendant plusieurs années. À l’issue de cette étude, Mirko Beljanski fera des découvertes scientifiques des plus importantes, qui pourraient révolutionner le traitement du cancer.

L’approche Beljanski en accompagnement du traitement hospitalier

À la base, l’approche Beljanski s’appuie sur une méthode agissant au niveau de l’ADN. Le principe de celle-ci est le suivant : l’information génétique qui est portée par l’ADN est traduite en ARN. Cette dernière est ensuite transcrite en une protéine dans le cytoplasme avant d’intégrer le fonctionnement cellulaire. Les petits ARN qui sont alors fragmentés vont travailler pour stimuler la production de globules blancs ainsi que de plaquettes sanguines. Par ailleurs, c’est au cours de cette phase que le traitement Beljanski agit en synergie d’action avec la chimiothérapie, ou la radiothérapie. Le patient se met alors à régénérer des cellules saines et l’on assiste au rééquilibrage de la formation sanguine, à l’issue de la perturbation qu’auraient pu causer les traitements conventionnels.

Cette approche Beljanski a été confirmée par une étude lancée à la clinique Cancer Center Treatments of America (CTCA) aux États-Unis. En plus d’aider les cellules saines à se régénérer, l’approche Beljanski permettrait également de contourner certains des effets secondaires du traitement conventionnel. En d’autres termes, le traitement Beljanski et le traitement conventionnel sont complémentaires sous tous les aspects.

Il faut toutefois se montrer vigilant. Des contrefaçons du traitement Beljanski ont été lancées sur le marché et il a été prouvé qu’elles sont à 100% inefficaces.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *