Divers

Airbnb : une affaire profitable qui comporte de nombreux risques

1571 views

Plateforme de courtage offrant aux particuliers de déposer des annonces de location de biens immobiliers, Airbnb fait parler d’elle depuis quelque temps. Bien que ce business semble profiter à ceux qui veulent gagner un peu d’argent en louant leurs logements à des touristes, on ne peut nier que ce système comporte de nombreux risques.

La plupart des utilisateurs dans une situation d’illégalité

Selon une étude réalisée en 2014, seule une infime partie des utilisateurs du site (15 %) déclare les revenus issus des locations. Le reste se trouve ainsi dans une situation d’illégalité, causant du tort à l’État, mais surtout aux professionnels de l’hôtellerie. Ces derniers subissent effectivement une concurrence déloyale.

À Paris comme dans d’autres grandes villes telles que  New York et Barcelone, Airbnb a transformé un grand nombre de résidences en meublés touristiques illégaux. Les offres de logement diminuent ainsi de jour en jour. Cette situation est devenue préoccupante pour la Mairie et l’a incitée à effectuer des contrôles à travers les arrondissements de la capitale.

Pour s’occuper de ces milliers d’utilisateurs français, le site n’emploie que 28 salariés, ce qui est tout à fait normal, car ceux-ci n’ont qu’une seule mission : prélever les commissions (entre 6 % et 12 % du prix de la location).

Airbnb exclut toute responsabilité

Si les montants des pénalités demandées aux propriétaires sont élevés en cas de constat de location de meublée touristique illégale, de son côté, AirBnb ne semble pas s’inquiéter des sorts de ses utilisateurs. En effet, dans les conditions générales d’utilisation du site, la société stipule qu’elle décline toute responsabilité en cas de problèmes. Tout doit ainsi se régler entre les loueurs et les locataires.

En plus de cela, la garantie hôte censée couvrir jusqu’à 800 000 euros de dégâts ne remplace pas l’assurance habitation classique.  Il est donc déconseillé de proposer un logement non assuré, si on ne veut pas courir les risques de ne pas être remboursé en cas de dégâts. Il va sans dire que la sous-location est exclue de cette assurance.

Pas étonnant que toutes les villes concernées par le phénomène Airbnb s’accordent actuellement à dire qu’il est plus que temps de durcir la réglementation régissant la location via les plateformes spécialisées dans le collaboratif.